Barrage d’Itaipu, visite de la pierre qui chante

Après les chutes d’Iguaçu côté brésilien et avant de passer la frontière pour aller à Puerto Iguaçu, nous avons profité de la fin de journée pour aller au barrage d’Itaipu qui signifie « la pierre qui chante » en guarani. Nous sommes arrivés la fleur au fusil et il a donc fallu négocier avec notre plus bel accent brésilien pour avoir 2 places pour la dernière visite de la journée. Pas évident quand on a remplacé le boom boom short brésilien par un pantalon / short anti sexy !

Le barrage d’Itaipu en quelques chiffres…

Cette centrale hydroélectrique est située entre le Brésil et le Paraguay et a été construite par ces deux pays entre 1975 et 1982 (après de longues négociations dans les années 60) :

  • 40 000 travailleurs directs sont intervenus dans la construction du barrage,
  • 12 500 000 m3 de ciment ont été coulés, soit l’équivalent de 212 fois le stade Maracanã,
  • une quantité de fer équivalente à 380 fois la tour Eiffel a été utilisé.

La centrale a commencé à produire de l’électricité en mai 1984 et les installations se sont succédées jusqu’en 2006 (20ème turbo réacteur).

C’est la seconde centrale au monde en termes de puissance installée (la première est la centrale hydraulique du barrage des trois gorges en Chine dont vous avez sans doute entendu parler car il fait 2, 335 kilomètres de long sur 140 mètres de haut). Néanmoins, à ce jour, la centrale d’Itaipu reste la première en terme de quantité cumulée d’énergie produite (du fait de son ancienneté et des conditions hydrauliques optimales du site).

La production d’électricité est repartie équitablement entre les deux pays. Le Paraguay vend une partie de sa production au Brésil plus gourmand en électricité : 90 % de la production de la centrale est consommée par le Brésil (19 % de sa consommation totale). Du côté paraguayen, les 10 % de la production de la centrale représentent 90 % de la demande d’électricité du pays (normal, les pays ne font pas la même taille !).

La visite au cœur des entrailles de la centrale

Les deux pays ont rapidement compris que la centrale attirait de nombreux curieux et ils ont organisés des visites pendant la construction même du barrage ! Aujourd’hui, plus de 600 000 personnes visitent la centrale chaque année.

Le circuito especial commence par une projection (histoire du barrage, principaux chiffres, circuit de l’eau…) puis, on visite une salle d’exposition avec de nombreuses explications sur les machines utilisées dans la centrale.

On monte dans un bus pour aller voir la centrale de plus prêt. Il n’y a presque personne dans les « couloirs » (pourtant plus de 1500 employés travaillent ici). La concentration est à son maximum dans la salle de contrôle de la centrale et au poste de sécurité (bien qu’un petit maté pourrait sûrement en perturber un ou deux) ! Notre guide nous explique comment les équipes surveillent la production électrique de chaque turbine et comment le travaille s’organise entre les deux pays (les équipes sont mixtes, la salle de contrôle est divisée en deux et apparemment, l’ambiance est bonne).

On finit la visite par la descente dans les entrailles d’une turbine (niveau 144 ce qui signifie qu’on est à -144 mètres en dessous du niveau de la mer). Dans cet espace chaud et humide on voit une turbine tourner 90 fois sur elle même en une minute ! De quoi nous faire tourner la tête. 😉

Brésil / Paraguay : ils ne sont pas toujours sur la même longueur d’onde

Ce qu’il ne disent pas pendant la visite c’est que le traité signé entre les deux pays a fait l’objet d’un mécontentement général au Paraguay et en 2009, après de nouvelles négociations, le circuit de vente de l’électricité a changé afin que le prix soit plus équitable.

Revers de la médaille

Qui dit grand barrage dit aussi impacts environnementaux importants :

  • Inondations de 1 500 km2 de forêts et de terres agricoles,
  • Déplacements de populations,
  • Engloutissement de la cascade des Sept Chutes (Salto de Sete Quedas) qui était la plus importante chute d’eau du monde en volume.

Informations pratiques

  • Pour en savoir plus
  • Prévoir 1 journée pour visiter les chutes d’Iguaçu et Itaipu
  • Réserver quelques jours avant :  reservas at turismoitaipu.com.br
  • Pour s’y rendre : terminal d’autobus TTU Centro, ligne C (comme vous revenez des chutes et que vous restez dans le terminal de bus, votre ticket est valable pour le trajet Foz – Itaipu)

Plus de photos :


Pour le fun :

Rédigé Par
D'autres articles de Lau

Valparaiso la tatouée

Valparaiso ou « Valpo » est une ville portuaire à quelques heures de Santiago....
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *